Accueil du site > Actualité > Actualité > Borgward BX7, tout premier modèle de la nouvelle ère

Salon de Frankfurt 2015 - Live : Borgward BX7, tout premier modèle de la nouvelle ère

6 commentaires

Publié le mercredi 16 septembre 2015 à 14:35, par Dalil C.

Borgward présente au Salon de Frankfurt le BX7, un SUV qui symbolise la relance et le début d’une nouvelle ère pour la marque.

C’était incontestablement l’un des événements du dernier Salon de Genève,l’annonce de la renaissance de la marque Borgward, un stand dédié à la marque qui avait disparu depuis 1961, un espacé où était exposée une Isabella Coupé afin de symboliser le passé, mais aussi un imposant logo afin de mettre en avant la nouvelle identité de la marque et asseoir sa présence, annonçant au passage que le premier modèle allait être présenté à Frankfurt.

Ça y est, c’est fait, le Salon de Frankfurt a ouvert ses portes et Borgward a levé le voile sur le premier véhicule qui entame cette nouvelle ère. Comme déjà annoncé, cette renaissance passera tout d’abord par la case SUV, le segment le plus porteur du moment.Il s’agit, en l’occurrence, du BX7 qui est décliné en deux versions, la seconde étant la TS, variante haut de gamme de ce dernier.

Ce BX7 affiche 4 713mm de long, 1 911mm de large, 1 677mm de hauteur (1 694 mm avec le porte-bagages), 2 760mm d’empattement, l’angle d’attaque étant de 20° pour l’avant et 23° pour l’arrière. Des mensurations qui le positionnent face aux Mercedes-Benz GLC, Audi Q5, BMW X3 et le tout nouveau Jaguar F-Pace.

En termes de style, ce Borgward BX7 ne révolutionne pas le genre, il est même plutôt classique, un peu trop même.Il fait même rappeler sur certains éléments ou angles ses origines... chinoises car, pour rappel, ce dernier est fabriqué en Chine. Le design est un mélange de plusieurs inspirations, un peu d’Audi par-ci, de Porsche par-là, avec même un soupçon de Buick au niveau de la face avant. La version TS est certainement plus aguicheuse et plus dans l’air du temps, avec des attributs spécifiques, qu’il s’agisse des boucliers, des feux arrière, du bas de caisse ou de cette calandre avec ses mini-losanges.

Son habitacle est clairement inspiré de ses cousins allemands, surtout au niveau de la console centrale qui rappelle une certaine marque munichoise, et le losange est omniprésent avec ce cuir surpiqué. Comme pour l’extérieur, la version TS se démarque avec un intérieur qui se veut plus haut de gamme mais aussi par certains éléments spécifiques comme le volant.

Sous son capot, Borgward lui a greffé pour son lancement un bloc essence quatre cylindres en ligne de 2.0 litres.Ce dernier est suralimenté par un turbo et doté d’une injection directe, développant 224 ch à 5 500 tr/mn et 300 Nm de couple disponible entre 1 750 et 5 500 tr/mn. Ce bloc est associé à une boîte de vitesses automatique à 6 rapports et à une transmission intégrale qui est associée à bon nombre de systèmes, dont le Torque on Demande. Une version hybride rechargeable, BX7 PHEV, est également au programme afin d’être en phase avec la concurrence qui propose de plus en plus ce genre d’offre.Cette dernière associera le 2.0-litres essence qui sera couplé au train avant avec un bloc électrique relié quant à lui au train arrière, le tout développant un peu plus de 400ch et un 650Nm de couple. Cette version affichera une autonomie de 55 km en 100% électrique.

Borgward marque donc son retour dans le monde de l’automobile, un retour qui passe par la Chine, que ce soit pour la fabrication de ses modèles (la marque est d’ailleurs considérée là-bas en tant que marque chinoise puisqu’elle ne dispose pas de joint-venture,obligatoire pour les marques étrangères) ou pour la commercialisation de sa gamme (le BX7 sera d’ailleurs lancé dans un premier temps sur ce marché avant de s’attaquer à l’Europe et au reste du monde dans deux ans).

Picture credit : Stefan Baldauf / Guido ten Brink for autoalgerie

Every illegal use will be prosecute.

Portfolio

Lire également

Vidéo : Reproduire Monza sur le sable, dernière folie de BMW
Salon de Los Angeles 2018 : Honda tease son SUV Passport
Salon de Frankfurt 2019 : l’IAA se réforme pour affronter la crise
Aston Martin : Le prototype du SUV DBX à l’épreuve des tests routiers
Eicma 2018 : Une nouvelle BMW S 1000 RR plus légère, rapide et maniable
Teaser : La Toyota Corolla Sedan donne rendez-vous pour ce 15 novembre
Eicma 2018 : Nouvelles BMW R 1250 R, BMW R 1250 RS et BMW R 1250 GS Adventure

Vos commentaires

  • ]Le 16 septembre 2015 à 15:22[, par mizand

    c est incroyable comme quoi tout ses modèles sont ressemblant de nos jours.

  • ]Le 16 septembre 2015 à 17:35[, par zorro

    Parfaitement d’accord Mizan , jette un coups d’œil sur la finition des contre-porte "des macroutes" pas très esthétique.

  • ]Le 17 septembre 2015 à 01:07[, par Naventador

    Moi je le trouve pas mal pour un début même si y’a des ressemblance avec certain concurrent :-P mnt faut voir de plus prés ses essais ainsi que le prix ;-)

  • ]Le 17 septembre 2015 à 12:56[, par berkane mohamed

    voiture bâtard un mélange de tous les marque beuuuuuuurk :-/

  • ]Le 17 septembre 2015 à 12:59[, par berkane mohamed

    la photo 18 c comme une audi q5 offroad les même jantes beuuuurk2

  • ]Le 18 septembre 2015 à 08:16[, par Ragnarök

    Bye bye... non mais parce que s’ils comptent vendre ce machin, il peuvent rêver hein...

    L’intérieur d’une Laguna II -volant, aérateurs, la forme de la planche...-

    Design quelconque.

    Et puis, ce truc serait le concurrent des GLC/Q5/X3 ? :-O

Répondre à cet article