Accueil du site > Actualité > Actualité > Signature du mémorandum pour une succursale au Mali

Ival : Signature du mémorandum pour une succursale au Mali

Publié le lundi 8 octobre 2018 à 13:26, par Khaled A.

Le Président-Directeur Général d’Iva, Mohamed Bairi, et le Directeur Général de l’Agence de la Promotion des Investissement du Mali, Moussa Traoré, ont procédé à la signature du mémorandum portant sur l’ouverture d’une succursale Ival à Bamako.

Dans le cadre de son expansion, Ival s’ouvrira bientôt à l’exportation des modèles Iveco assemblés en Algérie, en signant un mémorandum d’entente avec l’Agence de la Promotion des Investissement du Mali portant sur la création d’une représentation et d’un showroom IVAL à Bamako.

Ainsi et en vertu de ce mémorandum, Ival procédera à son installation sur le territoire malien en deux phases, la première concernant " le service après-vente et prendre en charge le parc roulant Iveco déjà existant au Mali, s’ensuivra une seconde étape, celle de la commercialisation des modèles assemblés en Algérie à savoir le Trakker porteur et tracteur) dans un premier temps puis la gamme EuroCargo. Si nous faisons 100-150 unités lors de la première année, on sera vraiment des champions car c’est un marché qui s’ouvre à peine" à précisé Mohamed Bairi dans son allocution. La patron d’Ival précisera également que "le marché malien nous permettra également de pénétrer , avec le temps, le marche CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et profiter de l’absence de taxes entre ses membres". Expliquant le choix du Mali, Bairi a déclaré "que pour répondre à l’obligation d’export imposée par le cahier des charges, nous avons sondé plusieurs marchés mais la meilleure option a été celle du Mali et ce devant la disponibilité de l’état malien à accueillir les produits algériens".

M. Bairi a souligné l’engagement du Groupe IVAL dans le développement des coopérations économiques Sud-Sud, particulièrement les relations conjointes entre les deux pays.Il a également accentué les efforts du Groupe pour ouvrir des horizons de coopération plus vastes dans des domaines qui rejoignent sa politique de diversification en déclarant que « Nous sommes convaincus chez IVAL, que l’indutrie automobile, qui est en cours de déploiement en Algérie, va constituer un axe s’expansion économique de notre pays en Afrique. L’implantation d’IVAL au Mali va permettre aux véhicules et camions montés en en Algérie d’équiper notre grand voisin »

Pour sa part, le représentant de l’API a affiché son bonheur " de voir les entrepreneurs des deux pays passer au concret et commencer à porter le côté économique au niveau des excellentes relations politiques entre l’Algérie et le Mali. De notre côté, nous avons l’ambition de bien faire les choses pour que l’entrepreneur algérien se sente chez lui au Mali". Moussa Traoré ajoutera également qu’Ival "profitera des avantages fiscaux accordés dans le cadre de l’investissement au Mali pour participer à l’essor économique du pays qui, en tant que pays enclavé, a besoin de moyens de transport et d’outils de qualité comme ceux d’Iveco". Le Directeur Général de l’API M. Moussa Touré a insisté sur la volonté du Mali de développer des partenariats stratégiques entre l’Algérie et le Mali dans divers domaines, notamment dans les secteurs économiques prioritaires et à fort potentiel du Mali à savoir : l’agriculture, l’élevage, les infrastructures et l’énergie. Il a affirmé que « les relations d’affaires, entre les deux pays peuvent être consolidées dans divers domaines, car il existe une similitude et une complémentarité entre les deux économies, particulièrement dans les domaines de l’agriculture, du commerce et des BTP ». Pour lui, cet accord qui porte spécifiquement sur l’implantation de la filiale Iveco du Groupe Ival au Mali, permettra d’enclencher de fructueux partenariats entre les deux pays.

La trans-saharienne a également été abordée, le tronçon malien n’étant pas terminé, le représentant de l’API a promis de "soulever le problème au gouvernement ainsi que les autres doléances des entrepreneurs algériens afin de faciliter la mise en place des accords".

Répondre à cet article