Accueil du site > Actualité > Tant attendu, le grand retour aux sources se profile

Alfa Romeo : Tant attendu, le grand retour aux sources se profile

3 commentaires

Publié le mercredi 7 mai 2014 à 21:13, par Dalil C.

Le groupe Fiat Chrysler Automobile annonce le retour en force, d’ici 2018, d’Alfa Romeo marqué par un retour aux sources en reprenant l’ADN qui a fait ses années de gloire. C’est lors des « l’Investor Day » du groupe Fiat Chrysler Automobile que le plan 2014-2018 de la marque a été révélé.

Le groupe Fiat Chrysler Automobile a tenu, hier, son assemblée générale, où toutes les marques du groupe, ou presque, ont été passées en revue, dont Alfa Romeo qui, pour ceux qui ne le savent pas, est la propriété de Fiat depuis 1987.

Nous vous informions d’ailleurs, la semaine dernière, qu’après la gestion sous tutelle de Fiat, Alfa Romeo allait enfin redevenir une entité indépendante dans le Groupe, à l’image de Ferrari et Maserati, et donc avoir plus de liberté et surtout son destin en main. Une sorte d’émancipation d’Alfa Romeo après quasiment trois décennies de tutelle.

Il semble que ce soit vraiment le cas au vu du plan stratégique présenté hier lors de « l’Investor Day », ou l’assemblée générale des actionnaires. Un plan très ambitieux dont la présentation numérique a été rendue publique sur le net, dans une forme surprenante et inattendue, entamée par une ancienne déclaration d’Enzo Ferrai où il affirmait qu’il avait toujours éprouvé pour Alfa Romeo la même tendresse que pour un premier amour.

Une présentation axée sur le passé de la marque, lointain ou récent, qu’il ait été glorieux ou pas, chose étonnante mais qui a le mérite d’être plus qu’honnête. Dans cette même présentation, le patron de la marque a aussi fait un réquisitoire qui peut être assimilé à une séance d’auto-flagellation, dans lequel les erreurs ont été mises en avant mais aussi les mauvais choix et les ratées, prenant pour exemple la 164 qui n’était qu’une Fiat Croma rhabillée en Alfa en 1987 ou, ce que cette présentation n’a pas hésité à qualifier de péché, la production de l’Alfa Romeo Arna sur la base d’une Nissan Pulsar en 1984.

Étaient présentées également mais de façon élogieuse cette fois, les modèles phares des années 1990 et 2000, avec les sublimes 156, 147 et aussi la 159, la Brera et la Spider, pointant cependant du doigt que l’ADN Alfa Romeo n’avait pas été retranscrit dessus, donc pas respecté, un ADN que la présentation résume en ces cinq points :

- Des motorisations innovantes dotées des technologies les plus avancées,

- Associés à une parfaite répartition des masses, 50/50,

- Intégrée dans un ensemble de solutions techniques uniques,

- Offrant un rapport poids/puissance des plus avantageux et de haute performance,

- Le tout présenté dans un design révolutionnaire, distinctif et typiquement italien.

Retour aux origines

Le retour aux origines d’Alfa Romeo passe par lui rendre son ADN. Dans ce sens, des décisions et solutions radicales seront prises afin de rendre à la marque sa véritable place, en se prenant les meilleures productions allemandes comme référence mais aussi comme objectif. Le patron de la marque, Harald Wester, se fixe les objectifs suivants :

- Alfa Romeo aura l’une des meilleures plateformes propulsion et à transmission intégrale.

- Couvrir les segments C à E, en incluant les SUV (Alfa Romeo va donc avoir des SUV).

- Avoir des groupes motopropulseurs uniques en leurs genres et spécifiques que ce soit pour l’essence ou le diesel.

- Débuter cette nouvelle ère au deuxième semestre 2015.

- Lancer huit nouveaux modèles d’ici fin 2018.

- Baser le développement et la production en Italie.

Pour y arriver, Alfa Romeo va :

- Avoir l’appui de deux responsables seniors de Ferrari pour mener à bien les opérations.

- Augmenter le nombre d’ingénieurs en le portant à 600 d’ici à fin 2015.

- Ne consentir aucune interférence de la part du Groupe, sauf sollicitation de talents.

- Avoir des objectifs clairs.

- Fixer des délais restreints.

Motorisations

Dans le volet motorisation, le plan annonce dès à présent une gamme composée de cinq types de blocs essence et diesel avec des moteurs de conception spécifique qui vont apporter une expérience de conduite unique. La puissance des moteurs se présente comme suit :

- un 4 cylindres essence au-delà des 100 ch et en dessous des 200 ch.

- un 4 cylindres essence débutant juste en dessous des 200 ch et allant jusqu’à un peu plus de 300 ch.

- un 6 cylindres essence de 400 ch à un peu plus de 500 ch.

- un 4 cylindres diesel au-delà des 100 ch et dépassant les 200 ch.

- un 6 cylindres diesel de plus de 200 ch à un peu plus de 300 ch.

Plan produits

Pour ce qui est de la partie réservée aux futurs modèles, dont les sorties sont planifiées jusqu’en 2016/2018, on notera qu’il n’est indiqué l’apprition de entre 2016 et 2018 de deux nouveaux modèles dans le segment des compactes. Mito et 4C devraient continuer leur chemin. À côté, ce sont six autres modèles ou nouvelles déclinaisons qui sont prévus d’ici là avec l’apparition de modèles attaquant de nouveaux segments pour faire face au marques premium, et donc allemandes.

Ainsi entre de 2016 et 2018 et dans le volet nouveaux modèles, la gamme sera épaulée par deux SUV, deux nouvelles compactes, une berline de taille moyenne qui ira titiller les BMW Série 3 et Classe C, une grande berline qui ira se frotter aux séries 5 et Audi A6 et une sportive, une supercar donc, au-dessus de la 4C, probablement du calibre de la 8C Competizione. Ce qui fait sept nouveautés. Mais, avant tout ça, Alfa Romeo annonce le début des hostilités pour fin 2015 avec la présentation d’une sportive frappée du trèfle à quatre feuilles qui sera positionnée face aux Série 3 et Classe C. Mais comme Alfa Romeo insiste sur le trèfle, il pourrait s’agir d’un coupé ou d’un coupé quatre portes. Les amoureux du Trèfle seront contents de voir la résurrection programmée de la gamme hautes performances.

Tout un plan qui a, bien sûr, un coût. Cinq milliards d’euros seront investis dans Alfa Romeo par le groupe FAC, un nouveau plan et un nouveau investissement qui ambitionnent de relancer la marque avec l’objectif de faire croître les ventes jusqu’à atteindre la barre des 400 000 unités à fin 2018, sachant qu’Alfa Romeo a vendu 74 000 véhicules en 2013 . Soit une augmentation de plus de 540 % !

Une présentation qui semble annoncer un avenir prometteur pour Alfa Romeo, un retour aux sources, un retour aux origines de la marque qui, si tout est aussi joliment appliqué qu’exposé, ne peut augurer que du bon pour cette belle et historique marque. Un joli plan qui a pourtant un point négatif, car ce renouveau tranche radicalement avec l’avenir de la Lancia, qui semble être sérieusement compromis au profit d’Alfa Romeo, d’autant que l’avenir de la marque n’a même pas été abordé...

Ci-dessous, la présentation à télécharger, au format pdf, qu’on vous conseille de télécharger pour vous délecter.

PDF - 2.4 Mo
Présentation du plan 2014-2018 d’Alfa Romeo [en Anglais]

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 7 mai 2014 à 22:22[, par Fuel

    J’ai hâte de voir ça, même s’il faut vraiment une bonne dose d’optimisme pour y croire. Redevenir intéressante ça je veux bien y croire mais retrouver l’aura d’avant ça c’est une autre histoire.

    Bref, bonne nouvelle sur le papier... Wait & see

  • ]Le 8 mai 2014 à 17:25[, par mirou

    très bien :) impatient de voir la suite :)

  • ]Le 8 mai 2014 à 18:52[, par KingOfTheRoad

    Avec la disparition de Lancia, le terrain est dégagé pour Alfa Romeo pour devenir la marque premium de Fiat, donc il faut pas s’attendre à un miracle, ça sera à l’image d’Audi pour VW !

Répondre à cet article